Anticipations, clôture du cycle 2022 au Collège des Bernardins.


par Jean-Christophe Fromantin

Anticipations, clôture du cycle 2022 au Collège des Bernardins.

Anticiper ... Dans un monde où tout s'accélère, sommes-nous encore capables - et disponibles - pour s'extraire de notre quotidien et s'intéresser au "temps large" ? Ce temps grâce auquel nous essayons de percevoir la multitude de "signaux faibles" afin de préfigurer les tendances et les métamorphoses en germe. C'est l'exercice inédit que nous avons fait pendant six mois avec 25 cadres-dirigeants et hauts-fonctionnaires qui ont croisés leurs regards, échangés leurs analyses, confrontés leurs prévisions et rencontrés quelques éclaireurs d'autres horizons ...

De ce "laboratoire" de prospective, nous avons dégagés quelques anticipations qui vont vraisemblablement chambouler nos modes de vie et revisiter l'organisation du travail. S'il est difficile de restituer plus d'une centaine d'heures de travaux, d'échanges et de controverse, nous avons proposé neuf tendances dont nous pensons qu'elles seront déterminantes et structurelles à court ou moyen terme. Elles naissent pour la plupart d'une convergence de phénomènes, liés aux effets des crises récentes, aux accélérations technologiques, au besoin de réenracinement et à l'urgence écologique. La concordance de ces phénomènes participent d'une révolution copernicienne qui bouleversera nos organisations. Parmi ces tendances, nous avons surligné quelques principes essentiels : Le premier s'inscrit dans un alignement des valeurs. Là où nous distinguions, vie privée, vie professionnelle, consommation et loisirs, nous assistons à une mise en cohérence des valeurs qui nous animent. Vivre pleinement et authentiquement - travailler, consommer et se détendre - s'accordera dans un mode de vie de plus en plus choisi. Julia de Funès nous rappelait l'importance de cette unicité et les conséquences qu'elle va entrainer sur l'évolution de nos modes de vie. Nous allons "habiter" plutôt que "nous loger", "travailler là où nous voulons vivre", placer le bien-être avant notre réussite ; nous intéresser aux "effets secondaires" de chacune de nos décisions etc. Des tendances qui s'inscriront dans une forme de décentrement. C'est le 2ème principe. Le sociologue Jean Viard, présent à notre séance de clôture, soulignait que si l'exode rural que nous avons connu au XIXème siècle était contraint, l'exode urbain qui s'amorce sera libératoire. Il donne accès au "logement spatial" plutôt qu'au "logement social" ouvrant à chacun l'opportunité de réaliser son projet de vie. Cette libération va de pair avec une promesse technologique inédite. L'émergence d'expériences parallèles sur le métaverse revisite les centralités. Nous pourrons participer à une réunion au siège de notre société en travaillant dans la grange que nous restaurerons au coeur de la Creuse. Nous ne reviendrons pas sur les nouvelles libertés auxquelles les technologies nous permettent d'accéder. Mais ces technologies ne sont ni neutres, ni gratuites. C'est le 3ème principe .. Les technologies supposent une grande vigilance et beaucoup de maîtrise, faute de quoi elles nous transformeront, sans état d'âmes, en datas monétisables; elles entraineront des effets géopolitiques sans précédents eu égard aux consommations de terres rares, nouveau carburant du XXIème siècle ; elles devront rester un moyen plutôt qu'une fin au risque que nous en perdions le sens et l'intérêt. Jean-Dominique Senard, Président de Renault et défenseur d'un capitalisme responsable a mis en garde sur les emballements et sur l'importance d'une vision humaine et raisonnée de l'innovation.

"Notre planète est stable depuis 15 000 ans, elle se remettra sans difficultés de nos excès, nous rappelait Bruno David, Président du Muséum d'Histoire naturelle, en revanche c'est nous qui sommes menacés si nous ne remettons pas en cause les modes de vie que nous avons adopté". Là est sans doute le message clé de cette session. L'accélération du temps pointe l'urgence de l'anticipation.

Merci ! Merci à tous ceux qui ont participé ou sont intervenus lors de cette expérience; à Sébastien Bazin, Président du Groupe Accor, qui a donné le Top départ en nous orientant vers l'option du temps large; à PwC qui a copiloté ce projet avec nous et structuré la méthode ; à Jean-Dominique Senard et Jean Viard qui ont partagé nos analyses ; et au Collège des Bernardins qui a accueilli notre séance conclusive. Rendez-vous en 2023 pour un nouveau cycle d'anticipations ...

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information des Ateliers de l'Universel.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.